Gilbert Mèdjè à propos de la dotation des cellules MAEP en matériels divers: « Nous attendons plus de qualité et de rigueur »

 Gilbert Mèdjè à propos de la dotation des cellules MAEP en matériels divers: « Nous attendons plus de qualité et de rigueur »Bien souvent, les cellules communales et départementales de la CNG-MAEP se plaignaient de ne pas disposer d’assez de moyens pour faire face à leurs missions. Sensible à la situation, la CNG-MAEP, avec un appui conséquent du gouvernement, a pris à cœur les doléances. Aussi a-t-elle procédé à la dotation de ses démembrements en équipements divers. Un effort qui devrait induire plus d’efficacité de la part de ces cellules. C’est du moins l’attente majeure de la CNG-MAEP, exprimée ici par son président Gilbert Mèdjè.

Conscience citoyenne : Monsieur Mèdjè, cette année, la CNG-MAEP a fait un effort substantiel d’équipement de ses cellules départementales et communales. Dites-nous, à quoi répond cette politique ?

Gilbert Mèdjè : L’une de nos missions est de suivre l’exécution du Plan national d’actions (PNA) issu de l’évaluation du Bénin dans le cadre du Mécanisme africain d’Evaluation par les Pairs. Pour ce faire nous avons mis en place des structures décentralisées, partant de la Commission nationale pour aboutir aux cellules communales en passant par les cellules départementales. Une structure pyramidale donc qui nous permet de faire remonter les informations de la base au sommet. Ainsi, notre système de rapportage part de la base (niveau communal) pour aboutir au sommet (niveau national). Ces structures de base ont besoin de matériels pour remplir leur part de la mission. Des équipements du genre d’ordinateurs, de moyens roulants, de mobiliers… C’est ce qui nous a conduits à plaider auprès des autorités nationales, la mise à disposition de ressources pour améliorer les conditions de travail de ces cellules décentralisées de la CNG-MAEP, afin qu’elles parviennent à collecter les informations qui permettent de connaître réellement l’état de la gouvernance dans notre pays, sous l’angle de la perception qu’en ont les populations à la base.
L’importance de l’accompagnement des pouvoirs publics ne se discute pas. C’est pourquoi la CNG-MAEP tient à les remercier pour leur soutien.

Concrètement, en quoi consiste la logistique que vous a avez mise à la disposition de vos cellules décentralisées ?

Nous avions d’abord commencé à faire des efforts pour doter nos structures décentralisées de siège propre, pour leur garantir un cadre de travail approprié, tant elles étaient obligées, pour la plupart, de squatter des locaux. Ensuite, il s’est agi de les équiper en matériels (mobiliers, bureautique, informatique…) pour leur faciliter la tâche, notamment dans le cadre de l’élaboration des rapports d’étape. Puis, pour les aider davantage dans la collecte des informations, nous avons pensé à les doter de moyens de déplacement. D’où les motos quatre temps qui leur ont été remises. Tout ceci vise à soutenir notre politique de rapprochement d’avec les populations. Parce que les rapports d’étape de mise en œuvre du PNA que nous produisons, doivent être le reflet fidèle de leur perception de la gouvernance.

Qu’attendez-vous désormais de vos cellules décentralisées qui, par le passé, se plaignaient du manque de moyens ?

D’abord nous sommes soulagés que l’Etat accompagne nos efforts, et nous remercions au passage le gouvernement pour ses diligences. Comme suite de cet appui, nous attendons de nos démembrements que les rapports qu’ils nous produisent soient plus performants et donnent lieu à des séances de validation plus pointues. Donc la qualité sera un gain substantiel induit par cet effort d’équipement, sans oublier que nous gagnerons aussi en célérité désormais puisque ces cellules ainsi équipées s’acquitteront plus rapidement de leur mission. Et, en définitive, nous serons à jour de notre rapport d’étape beaucoup plus tôt que les fois précédentes.

Un appel pour finir cet entretien ?

Je demanderai déjà à nos collaborateurs des cellules communales et départementales de mettre plus de rigueur au travail. Ceci parce qu’avant que nous disposions de moyens conséquents, ils s’efforçaient de mettre en place, eux-mêmes, les moyens dont ils avaient besoin ; et je les en félicite. Désormais donc, avec ces moyens, il faudra être plus performant. En tout cas, grâce aux moyens mis à disposition par l’Etat, nous sommes en droit d’attendre davantage de qualité et de rigueur de leur part. Puis j’inviterais l’Etat qui a volontairement souscrit au mécanisme, à poursuivre ses efforts. Je connais l’engagement du chef de l’Etat et de son gouvernement à la cause du MAEP, et je suis convaincu qu’ils feront tout leur possible pour que le Bénin soit toujours cité en exemple comme c’est le cas aujourd’hui.

 Entretien réalisé par Wilfried Léandre HOUNGBEDJI

 

 

 

Bienvenue sur le site web de la CNG-MAEP

Le 31 mars 2004, le Bénin a signé le Mémorandum d’entente relatif au Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP) et a marqué sa disponibilité à se faire évaluer par les Pairs, conformément aux principes du Mécanisme.
Lire la suite

Magazine de la CNG-MAEP

 

Etats Membres

Etats membres du MAEP

Tout sur l'évaluation du Bénin



  • 31 mars 2004: Le Bénin signe le Mémorandum d’entente relatif au MAEP
  • 2005-2007: Autoévaluation du Bénin
  • 16 juillet au 08 août 2007: Séjour au Bénin de la mission d’évaluation conduite par Madame Marie-Angélique SAVANE
  • Janvier 2008 : Examen et adoption du Rapport d’évaluation du Bénin par le 8ème Forum des Chefs d’Etat et de Gouvernement du MAEP.
  • 12 février 2008 : lancement officiel à Cotonou du Rapport d’évaluation par le Chef de l’Etat.
  • 23 octobre 2008: Le Chef de l’Etat a procédé à la mise en place  de la Commission Nationale de Gouvernance du MAEP

En savoir Plus

ACCES MEMBRE

Nos Partenaires